AccueilSiteFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Quelque part à Soirétoile...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leandrys

avatar

Nombre de messages : 171
Age : 34
Localisation : Soirétoile
Date d'inscription : 12/04/2007

MessageSujet: [RP] Quelque part à Soirétoile...   Dim 9 Aoû - 1:41

Leandrys descendit dans la salle commune d'un pas décidé mais peu assuré. Une flagrance aussi douce qu'ennivrante, celle du plat mijoté ce soir par Pouce-Cailloux, l'avait tiré quelques instants plus tôt de l'état de somnolence dans lequel il se trouvait alors. Sans qu'il sache l'expliquer, l'air du dortoir avait quelque chose d'apaisant, de reposant et une fois installé devant la cheminée, il ne lui fallait généralement pas longtemps pour sombrer dans une douce rêverie, peuplée de venaison, de fourrures, de femmes et de miel.

De miel ? C'est bien ce qu'il avait senti. L'heure du dîner approchait à coup sûr et la salle de la Chopine devait se remplir peu à peu. L'envie de se restaurer étant plus forte que la paresse de se lever, le rustre barbare était allé s'affaler au bar, devant Dunman, et avait marmonné d'obscures oraisons, que le tenancier, fort heureusement expérimenté, avait su à peu près déchiffrer :
"J'ai faim, sers-moi un plat du jour et une cruche de vin."

En attendant son assiette, Leandrys prit une gorgée du vin, plus râpeux que fruité à son goût et la bouche pâteuse, piaffant ostensiblement, balaya du regard la grande salle à la recherche d'un visage connu. Il n'aimait pas manger seul.


Dernière édition par Leandrys le Mer 2 Mai - 23:43, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leandrys

avatar

Nombre de messages : 171
Age : 34
Localisation : Soirétoile
Date d'inscription : 12/04/2007

MessageSujet: Re: [RP] Quelque part à Soirétoile...   Mar 11 Aoû - 8:15

N'ayant aperçu aucune de ses connaissances dans la grande salle de la Chopine, le barbare se retourna, quelque peu dépité. Il guetta Dunman, décidé à se contenter d'une banale, ennuyeuse et futile conversation de comptoir avec le tenancier mais ce dernier était occupé à servir les clients de son auberge. Leandrys échangea alors un regard entendu avec la paroi qui lui faisait face et un ricanement amer lui échappa, attirant vers lui les regards des autres vespériens accoudés au bar.

D'ordinaire le regard des autres ne le gênait pas mais une femme le fixait obstinément et semblait le détailler comme on le ferait d'ordinaire avec du bétail. La femme devait avoir à peu près son âge et ne se distinguait des autres en aucune manière : elle portait une robe taillée dans un tissu rêche mais solide, d'un brun terreux aussi terne qu'approprié à ce qui devait être son travail quotidien, si du moins les cales qu'il apercevait sur ses mains indiquaient bien qu'elle travaillait dans une ferme des alentours. Ses cheveux étaient attachés, et son visage, ainsi dégagé, ne laissait transparaître aucune émotion.

Devant l'insistance de ce regard pesant, ne sachant comment réagir face à pareille situation, Leandrys grogna et vida son verre de vin, toujours aussi râpeux, avant de se laisser envouter par le spectacle des flammes de la cheminée, la seule distraction qu'il aurait visiblement ce soir. Seul, installé sur un inconfortable tabouret, il se laissa aller à de vaines réflexions, celles qu'ordinairement il avait après une soirée bien arrosée. Le feu l'avait toujours fasciné et cela n'avait rien d'étonnant pour un Vaasien car même si le seul dieu auquel il dédiait une prière de temps à autre se nommait Ulutiu (*), il n'en savait pas moins que sans une bonne flambée, il n'aurait pas fait long feu dans sa région natale....

Delhalls. Il avait quitté depuis des années le bourg de son enfance, de son adolescence, de ses jeunes années d'adulte et pourtant, inconsciemment, Leandrys se rendait compte aujourd'hui qu'il avait perpétré depuis un rituel immuable à l'époque : les veillées passées à observer et surveiller le feu. Ses longues soirées à la Chopine devant la cheminée n'était peut-être pas qu'un moyen de se réchauffer, mais une tentative maladroite de tenter de se sentir ici chez lui.

Une taloche sur la nuque le fit brusquement revenir à lui.
"Nan, mais tu dors ou quoi ? Ca fait trois fois que je te dis que ton repas est servi."
Remerciant avec une expression peu amène Dunman, Leandrys jeta, à la manière d'une bête méfiante au moment de se repaitre, un regard à droite et à gauche, huma le lard dans sa sauce au miel et enfourna vigoureusement la première cuillerée de ce qui ressemblait à des fèves. Il se brûla.


(*) Ulutiu : Le Seigneur dans la Glace, Le Dormeur Éternel, Père des Géants (LN)
Attributions : Glaciers, régions polaires, habitants des régions arctiques
Domaines : Faune, Loi, Océan, Protection, Force


Dernière édition par Leandrys le Mer 2 Mai - 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leandrys

avatar

Nombre de messages : 171
Age : 34
Localisation : Soirétoile
Date d'inscription : 12/04/2007

MessageSujet: Re: [RP] Quelque part à Soirétoile...   Jeu 22 Oct - 0:23

Le repas ne fit malheureusement pas long feu, ou du moins pas autant qu'il l'eut souhaité. Aussi le barbare, guère séduit par la perspective de retourner se morfondre seul dans le dortoir, se décida à rester dans la salle commune parmi les autres vespériens attablés. Il ne profita pourtant pas longtemps de la compagnie de ces derniers car rapidement, après avoir néanmoins pris le soin de vider un nombre raisonnable de chopines d'une bière ambrée particulièrement goûteuse, Leandrys se retrouva plongé dans un état proche de la somnolence, un état doux-amer dans lequel les perceptions se retrouvent progressivement réduites, un état curieusement proche de l'hypnose, un état durant lequel le spectacle des flammes de l'âtre devint si obsédant qu'il transporta Leandrys bien loin de Soirétoile ou même du Cormyr.

Dire que les soirées d'hiver à Delhalls étaient froides n'aurait pas de sens. Ces nuits-là, le froid était tel, avaient coutume de de dire les Vaasiens, qu'il aurait lui-même voulu pouvoir se réchauffer auprès d'un feu, mais incapable de franchir portes, volets et fenêtres, il hurlait son désespoir au gré des rafales de vent. Et dans la modeste masure des parents du barbare, comme dans les autres, on s'endormait, serrés les uns contre les autres, recroquevillés sous d'épaisses fourrures, elles-même soigneusement installées auprès de la cheminée. Lors de ces longues soirées d'hiver, où le froid était tel qu'il n'y avait rien d'autre à faire qu'attendre patiemment que la fatigue prenne le pas sur tout le reste, le jeune Leandrys écoutait avidement les récits que lui chuchotait sa grand-mère, la mère de son père, qui vivait avec eux depuis la mort de son mari. Des histoires de héros. De jeunes héros, généralement orphelins, qui quittaient la chaleur de leur foyer au sortir de l'adolescence, en quête d'aventures mais à la recherche de leur identité par dessus tout, sans vraiment le savoir pourtant. Ils trouvaient généralement l'un et l'autre quoique ce fut rarement ce qu'ils attendaient.

Étourdi par les vapeurs de l'alcool, Leandrys scrutait les ombres monstrueuses que projetaient les flammes sur les murs de la Chopine. Un spectacle dont le grotesque n'eut pour seul effet que de rendre au barbare sa lucidité un fugitif instant. Lui aussi avait quitté son foyer, mais il n'était déjà plus tout jeune et avait tâché d'éviter l'aventure. Quant à son identité, il avait tout fait pour l'oublier, allant jusqu'à abandonner le nom de ses parents, désireux d'effacer les liens trop douloureux avec sa vie passée. Le temps faisait son effet à la manière d'un modeste feu qui aurait consumé lentement mais sûrement une bûche pour n'en laisser que quelques morceaux épars, froids et desséchés.


Dernière édition par Leandrys le Mer 2 Mai - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leandrys

avatar

Nombre de messages : 171
Age : 34
Localisation : Soirétoile
Date d'inscription : 12/04/2007

MessageSujet: Re: [RP] Quelque part à Soirétoile...   Lun 14 Déc - 2:16

Il avance. Il avance. Il avance. Le bout de la route qui semblait si proche lorsqu'il s'est aventuré dans les bois s’éloigne inexorablement à mesure qu’il avance. La brume a désormais étendu son emprise sur la forêt environnante. Le spectacle du trouble horizon qui lui fait face l’ennuie rapidement, alors il s’absorbe dans l’observation des alentours. Les formes sombres des arbres semblent flotter étrangement au loin. A moins que ce ne soit pas vraiment des arbres. Dans cette obscurité que la brume teinte de mystère, tout ce qui l’entoure semble menaçant. Harassé par son interminable marche, il finit par s’arrêter, son regard balaie les alentours et dépité, il s’affale sur le sol. Il ne sait pas combien de temps il reste ainsi. Ses mains balaient le sol, écartant les feuilles mortes, et il finit par creuser la terre meuble, saisissant cette dernière par poignée, comme pour s’assurer que tout cela est bien réel. Curieusement, il ne fait pas froid. Mais le silence est troublant. Ce silence si propre aux forêts que pas le moindre bruit ne semble vouloir perturber, empli de la douce mélodie de la sylve, tantôt angoissante, tantôt rassurante : les branches qui craquent, le vent qui souffle et soulève les feuilles et le ruisseau qui creuse son sillon au milieu de tout cela.

Soudain un bruit, un grognement, un râle. Il se lève et identifie la forme d’où provient la plainte lancinante. Elle ne flotte pas vraiment, pas du tout même. Elle avance. Lentement. Vers lui. Il se lève, court, s’enfuit mais la forme ne s’éloigne pas, au contraire. Il panique et accélère, puis se décide finalement à quitter la route. Tout est toujours aussi sombre. Il slalome maintenant entre les arbres, n’évitant certains que de justesse, heurtant violemment les autres, avant de reprendre sa course effrénée, hagard. La forme se rapproche sans cesse et pourtant il n’en distingue pas les contours. Il sait qu’elle est monstrueuse. Il sait qu’il doit fuir. Alors, il court encore. Lorsqu’il arrive à proximité du précipice, il ne le voit pas. Il tombe. Et à mesure qu’il s’enfonce dans l’abîme, le monstre semble se pencher au-dessus du précipice et contempler sa chute. Mais il n’y a pas de monstre. Seulement l’obscurité.

Leandrys se réveille, l’esprit embrumé par le sommeil, les yeux rougis et la bouche pâteuse. La salle commune est déserte. Le barbare se lève, s’étire puis se dirige lentement vers la porte, qu’il ouvre avant de gagner l’arrière de la Chopine. La fraîcheur de l’air est vivifiante et Leandrys sourit malgré lui, les yeux mi-clos. Les vespériens qualifieraient certainement autrement le froid glacial qui fait à peine frissonner le vaasien. Ce dernier, ragaillardi, baisse ses chausses et se soulage, un peu plus longuement qu’à l’accoutumée, tout en admirant le ciel, étonnamment clair. A ce moment, il lui semble que sa vie ne pourrait pas être plus belle. Il rentre, remonte puis s’endort.


Dernière édition par Leandrys le Mer 2 Mai - 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaia

avatar

Nombre de messages : 128
Age : 36
Date d'inscription : 08/07/2007

MessageSujet: Re: [RP] Quelque part à Soirétoile...   Jeu 26 Aoû - 12:56

(je réouvre, nah ! Razz)

- Là bas, dans l'alcôve derrière l'autel... murmura Vendil en désignant quelque chose dans l'obscurité.

Le petit groupe d'aventuriers se tenait en alerte dans un repli des catacombes. La pièce, plongée dans le noir n'était éclairée que par quelques rares torches éparses accrochées au mur. Un membre de leur groupe manquait, Jordine, la naine qui les avait guidé jusqu'ici. Seul le bruit de l'acier contre l'acier et les hurlements des créatures blessées ou agonisantes indiquaient qu'elle était encore en vie.

Ragnar respirait bruyamment, la hampe noire d'une flèche disparaissant dans les chairs de son épaule droite, dont le bras pendait inerte de ce côté. Là où la flèche pénétrait dans la chair, le sang refusait de coaguler et une horrible marque rouge indiquait la présence d'un poison.

- Fais vite, ils ne sont pas loin, Jordine ne pourra pas les retenir éternellement et je suis aussi faible qu'un enfant.

Rudolf fit signe à Ragnar de se taire et scruta l'obscurité, observant dans la même direction que Vendil.

- Je ne vois rien pour ma part... ah si ! Je le vois maintenant.

La pièce était d'une obscurité surnaturelle et l'atmosphère était lourde et oppressante. Rudolf sentait là la présence d'énergies magiques à peine retenues qui bouillonnaient dans l'air. A l'autre bout de la pièce se trouvait un autel taillé dans l'obsidienne, ayant la forme d'un énorme crâne au sommet plat. Des os étaient éparpillés à sa base et sa surface était marquée de tâches rouge sombre.

Derrière l'autel, assez haut dans le mur, se trouvait une alcôve dans laquelle brillait quelque chose.

- Un joyau... magique sans aucun doute... la fin de notre quête, murmura à nouveau Vendil, souriant.

- Vas-y mon ami, toi seul sauras escalader une telle surface. Pendant ce temps je vais essayer de soigner cette blessure.

Le voleur rengaina son poignard et disparut ensuite dans l'obscurité en direction de l'autel.

Rudolf sorti une fiole de cristal de sa besace et en versa quelques gouttes sur la blessure du guerrier. Une douce chaleur traversa les chairs meurtries, arrachant à Ragnar une grimace de souffrance. Rudolf retira ensuite la flèche en prononçant une prière à Tymora, la blessure laissa alors place à une mince cicatrice blanche.

- Comme neuf ! s'exclama le prêtre en riant devant l'expression étonnée de Ragnar.

Pendant ce temps, Vendil était parvenu jusqu'à l'alcôve, et se préparait à se saisir de la gemme.

Ragnar pencha la tête d'un côté.

- Le combat se termine... et ces créatures vont bientôt arriver, mais je peux à nouveau combattre...

Le voleur se pencha dans l'alcôve et saisit la gemme. A cet instant, un vent assourdissant siffla dans la pièce, projetant Vendil dans les airs et l'envoyant s'écraser sur l'autel où il resta immobile.

Les ombres s'épaissirent au-dessus du corps brisé et une voix grave et néanmoins mélodieuse jaillit du néant.

- Stupides aventuriers... à quoi pensiez vous ?

La prière déstinée à les protéger lui et Ragnar resta bloquée au fond de la gorge de Rudolf. On aurait facilement pu confondre les créatures leur faisant face avec une autre troupe d'aventuriers...

Derrière eux, les créatures emplissant les méandres des catacombes firent irruption dans la pièce. Quelque chose de rond et de mou rebondit sur le sol et vint s'arrêter aux pieds de Ragnar. Observant la chose, celui-ci reconnut la tête de Jordine, ses traits à jamais fixés dans une grimace de défi.

- Démons, murmura Ragnar, des larmes d'impuissance coulant sur ses joues en contemplant ensuite le cadavre de Vendil.

- Des morts-vivants, hurla Rudolf, en prenant la fuite, terrifié dans l'obscurité...

=====================================
=====================================

Jaia observait la route menant à l'extérieur de Soirétoile, en direction des catacombes pour être plus exact, cela faisait maintenant deux semaines qu'un nouveau groupe d'aventuriers s'étaient installés dans le village.
Comme tant d'autres ils avaient entreprit de s'enfoncer dans les catacombes et d'en ressortir les bras chargés de richesses à faire pâlir un roi. Étonnamment ils avaient rencontré un certains succès, prenant le temps de visiter et cartographier chaque salle avant de revenir se ravitailler au village et, si besoin, panser leurs blessures.
C'était la première fois qu'ils mettaient tant de temps à revenir et la nuit s'avançait dangereusement, jetant sur la route un funeste voile d'obscurité.

- Ils ne reviendront plus ce soir Jaia..., le ton du prêtre de l'aube se voulait le plus doux possible.

- Ils ne reviendront plus du tout, répondit la sunite d'une voix cassée, ses genoux ramenés contre elle.

- Je suis désolé...

La jeune prêtresse acquiesça brièvement de la tête, se relevant en époussetant ses robes et adressant un rapide salut au prêtre se tenant devant les portes de la maison de l'aube avant de reprendre le chemin menant à la chapelle dédiée à Sunie de l'autre côté du village.

Le prêtre resta un instant à observer la jeune femme s'en repartir, les pieds cloués au sol par le sourire et le regard humide de cette dernière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leandrys

avatar

Nombre de messages : 171
Age : 34
Localisation : Soirétoile
Date d'inscription : 12/04/2007

MessageSujet: Re: [RP] Quelque part à Soirétoile...   Jeu 11 Nov - 3:52

Au plus noir de la nuit, une silhouette d’une discrétion douteuse se faufile maladroitement dans la bourgade vespérienne. L’ombre songe avec un sourire que durant cette longue nuit au moins, Soirétoile n’est que peu fidèle à son nom : le ciel est voilé par de nombreux nuages et pas un astre n’éclaire la route de cet homme. La noirceur de sa lourde armure de cuir, dont on aurait pu croire qu’elle était un subtile stratagème de discrétion, résulte des longs mois passés dans un coffre à prendre la poussière. Et la hache en demi-lune qu’il porte accrochée à sa ceinture n’est guère plus vaillante : de petites tâches de rouille émaillent l’arme du barbare. Leandrys ne semble pourtant prêter attention ni à l’un, ni à l’autre. Toute son attention est retenue par deux faits particulièrement contrariants :
- Le paquetage, qu’il porte sur le dos, contenant la majorité de ses affaires est bien trop lourd. Jamais il n’arrivera jusqu’au bout de son voyage ainsi chargé.
- Son bougonnement habituel, mêlé à l’essouflement provoqué par sa charge le fait, à son goût, beaucoup trop ressemblé à un mulet.
Et c’est en songeant d’un air contrit à la dure vie des animaux de bât que Leandrys poursuit son chemin.

Ses pas le mènent d’abord près du temple, qui, à cette heure avancée de la nuit, semble bien désert, puis les champs des fermes des alentours du bourg défilent jusqu’à ce qu’il arrive aux Gorges. Depuis déjà de longs mois, il n’emprunte plus cette route quotidiennement comme il le faisait lorsqu’il était encore milicien et bien que ce fut souvent l’occasion de nombreuses blessures et autres déconvenues, Leandrys en est venu à regretter cette époque. A croire que les mauvaises expériences forment en fin de compte les bons souvenirs. Après des mois passées à macérer dans son amertume, il a donc décidé de prendre les choses en main : puisque rien ne semble se passer dans le bourg, il quitterait le bourg. Le barbare poursuit donc sa route, prudemment certes car s’aventurer dans les Gorges de l’Etoilée en pleine nuit peut s’avérer particulièrement dangereux, mais armé d’une résolution d’acier. Après quelques heures d’une marche pénible, Leandrys atteint finalement sa destination. Le jour étant désormais levé, il peut déballer son énorme paquetage pour en sortir ce qui lui permet de bâtir un modeste campement : une tente, un foyer et quelques petites caisses de matériel. Lorsqu’il finit, il se réjouit de ce qu’il aperçoit aux alentours : la faune et la flore lui procureront tout ce dont il a besoin. Son visage s’obscurcit néanmoins à la vue d’un des éléments de ce décor idyllique, puis se mue progressivement en un rictus tout de rage contenue. Leandrys détache alors la hache piquée de rouille de sa ceinture, récupère une pierre à aiguiser dans une de ses caisses et s’installe en tailleur sur un rocher. Son arme posée sur ses genoux, il entreprend alors de lui redonner tout son tranchant.

Et ce faisant, son regard se fixe parfois à nouveau sur l’entrée des Catacombes, laissant apparaître furtivement la rage que le barbare contient depuis des mois. Après quelques heures de ce manège, des ombres apparaissent enfin à l’entrée des catacombes et se relevant calmement, Leandrys murmure :
« Par Ulutiu, je ne suis pas certain de savoir ce que je suis venu faire ici, mais que je sois damné si m’ennuie ici autant qu’à la Chopine, sur mon canapé ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Quelque part à Soirétoile...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Quelque part à Soirétoile...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si jamais vous avez une centaine de secondes qui traine quelque part . ^^'
» Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total.
» « Je ne vous aurais pas déjà vu quelque part ? » [Taylor]
» en retard, en retard. j'ai rendez-vous quelque part ! (jin kyung)
» Etre né quelque part c'est toujours un hasard...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Soirétoile :: Forum roleplay-
Sauter vers: